Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Serge

Agence-Istra-2006-13eme-anniversaire.jpg

Aujourd'hui, la recherche d'un bien immobilier est plus affinée et les acheteurs vont au delà de la simple opposition entre quartiers. Ainsi, contrairement à la précédente décennie, les quartiers n’ont plus un si grand écart de prix.
Un quartier devient branché à cause de la population qui s’y installe (ex. l'afflux de britanniques dans le Vieux-Nice) ou suite à de nouvelles infrastructures (hausse des prix sur tout le trajet du nouveau tramway). En outre, l'arrivée d'une nouvelle population génère la création d'écoles, de boutiques, de restaurants ... et peu à peu, le quartier "populaire" peut devenir "tendance".
Dans un précédent article, nous avions évoqué le rajeunissement des acheteurs, un phénomène sensible qui a un vrai impact sur les choix géographiques : en effet, les jeunes n’ont pas forcément l’envie ni les moyens d'acheter dans un quartier huppé. Et la poursuite du phénomène de "centrifugeage" des acquéreurs vers des secteurs toujours plus éloignées des centres urbains, entraîne une augmentation brutale des prix de l’immobilier de ces zones géographiques auparavant délaissées et sous-évaluées, telles l'Est et le Nord de Nice ou l'arrière pays.
Le choix du quartier reste malgré tout un élément important pour beaucoup d'acheteurs tels que les retraités ou les étrangers. Ils savent où ils veulent investir (généralement le Centre de Nice et à proximité de la Promenade des Anglais, pour avoir toutes les commodités sous la main) et restreignent le secteur de recherche à un quartier (Musiciens, Baumettes, Mont-Boron, Cimiez ...), voire à quelques rues d'un quartier, quitte à réduire leurs prétentions sur la surface habitable ou les prestations de l'appartement.
 
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article