Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Serge

Dans le quartier des Musiciens, on parle beaucoup ces derniers mois de l'affaire du Grand Escurial. Mais au-delà de la polémique sur l'implantation d'un supermarché à la place de la discothèque, c'est toute la question du rôle des pouvoirs publics dans une affaire économique qui se pose.


Alors que Monsieur le Maire annonçait voici quelques mois des finances désastreuses et que les taxes locales vont augmenter de 15%, est-il sérieux pour la commune de Nice d'envisager l'achat d'un fonds de commerce ? Et surtout, est-ce vraiment une priorité ?

C'est fou de voir les élus de tous bords si prompts à dépenser nos deniers, à sortir le chéquier (sur notre compte bien sûr); c'est fou également de constater la schizophrénie des citoyens (ils se plaignent de payer trop d'impôts mais demandent sans cesse l'intervention publique; ils consomment hard-discount mais n'en veulent pas devant leur porte).

Il existe sans doute d'autres alternatives : par exemple autoriser Franprix à ouvrir, non pas un supermarché, mais une galerie marchande avec un supermarché, mais aussi des corners pour petits commerces, une crèche, un local de quartier ... et ainsi transformer ce lieu mythique de Nice en lieu de vie intégré dans le quartier et non pas en musée ou soi-disant projet culturel.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jenny 08/05/2009 01:24

j'ai l'impression qu'un élu de gauche a lu votre chronique; sur un autre projet en cours - le rachat du fonds de commerce du Mississipi - ce conseiller municipal d'oppositiona déclaré : "Alors que le maire augmente les impôts de 14,8 %, il ne faut pas dilapider l'argent des contribuables niçois en louant des locaux à prix fort sur la Promenade des Anglais"c'est le monde à l'envers, la gauche qui reproche à la droite de dilapider l'argent public !! mais c'est à saluer ...

stéphane 30/04/2009 23:12

tout à fait juste ! au lieu de réduire son train de vie, la ville, comme le département et la région, continuent la gabegie, voici un extrait d'un article publié par ACDEFI à ce sujet :"En effet, certains revenus des collectivités locales ont diminué, soit structurellement (la dotation globale de fonctionnement accordé par le Gouvernement est limitée à 0.8% en 2009), soit conjoncturellement (la baisse des droits de mutation résulte en grande partie de la crise immobilière) la réforme de la taxe professionnelle va également se traduire par un manque à gagner pour les communes.
De l'autre coté, les collectivités locales rechignent à rogner sur leurs dépenses. Le recrutement de fonctionnaires locaux ne s'est pas ralenti contrairement à celui de l'Etat ; la crise entraîne aussi de nouveaux déboures (entreprises en difficulté, à soutenir).
En fait, le contrôle des budgets des collectivités locales se révèle insuffisant, malgré l'intervention des Cours des Comptes régionales. Ainsi, de nombreuses villes se sont lancées dans des financements hasardeux ou se retrouvent avec des « actifs toxiques » (St Etienne, Laval) dans leurs bilans. Sans compter les dépenses somptuaires (construction d'Hôtels de région luxueux, d'infrastructures redondantes, etc). "

marc 29/04/2009 14:26

moi aussi je suis d'accord. on vit dans un monde de fous, alors que tout le monde se serre la ceinture, nos élus, de droite comme de gauche, ouvrent les robinets ... et demain on rase gratis !

linda 28/04/2009 20:29

tout à fait d'accord, serge, est-ce vraiment le moment de nous bassiner avec des conneries pareilles alors que nous avons en ce moment d'autres soucis en tête autrement plus graves....